La Pole Dance, bientôt sport olympique ?

En tout cas, ils vont tout faire pour.

Après la reconnaissance olympique du surf et du skateboard, qui feront leurs débuts lors des JO de 2020, d’autres candidats s’agitent au portillon. D’abord, le cheerleading, ou l’art des pom-pom girls à l’américaine, et le breakdance ont reçu des fonds importants pour obtenir cette précieuse reconnaissance.

Mais, c’est désormais au tour d’un autre type de sport de se présenter : la Pole Dance, qui souhaite être incluse au programme des Jeux olympiques après avoir obtenu sa classification de sport par l’association mondiale des fédérations de sports internationales (GAISF).

Si elle a de quoi surprendre au premier coup d’œil, cette proposition n’est pas injustifiée. Cette pratique est depuis longtemps sortie des clubs de strip-tease pour devenir un mouvement d’affirmation féminine, améliorant la confiance et l’estime de soi.

Il est la plupart du temps pratiqué comme une forme de fitness ou comme une pratique artistique. Il est officiellement représenté par l’International Pole Sports Federation (IPSF), dont l’objectif est de "promouvoir positivement la pole dance comme un sport athlétique".

Cette fédération a franchi une nouvelle étape en obtenant le statut d’observateur de la part de la GAISF, grâce à sa présidente Katie Coates, qui fait campagne depuis plus de dix ans pour la reconnaissance de cette pratique comme sport. Ce qui a commencé comme une pétition signée par 10 000 personnes a donc permis d’obtenir des résultats historiques. Dans son post pour The Times, Katie Coates écrit :

"La pole dance peut être désormais vue comme un sport, plutôt que comme une pratique controversée. J’ai toujours rêvé qu’un jour, une marque comme Nike puisse sponsoriser nos athlètes et nos compétitions, et c’est aujourd’hui possible."

Katie Coates est au courant qu’il y aura toujours des opposants bornés à la pole dance. Mais, elle souhaite avant tout que le public comprenne que les danseuses professionnelles de pole dance vivent dans un monde très éloigné du monde des strip clubs et des night clubs.

"Ça existe toujours et ça a une place dans la société. Mais c’est un peu comme dire que le BMX et le Tour de France, c’est la même chose. On utilise le même dispositif - la barre - mais on évolue dans des communautés différentes. […]

Si vous mettez une vidéo de pole dance classique et une vidéo de pole dance sportive côte à côte, vous constaterez énormément de différences dans la mise en scène, les lumières, les costumes, les mouvements, tout en fait."

Katie Coates est convaincue que la pole dance entrera un jour dans les sports de l’Olympe. Après tout, il n’a fallu que six ans pour le faire reconnaître officiellement comme sport officiel, ce qui n’est pas le cas de nombreux sports. Quant à nous, les vidéos de pole dance nous ont complètement convaincus.

À lire -> Novak Djokovic ouvre un restau gratuit pour les sans-abri en Serbie