De Paris à New York, le fitness naturiste est une tendance qui monte

Une nouvelle tendance apparue dans le sillage du yoga nu…

© Cristian Baron/Unsplash

Si votre uniforme de fitness préféré est la tenue d'Ève ou d'Adam, le club de gym new-yorkais Hanson Fitness serait fait pour vous. Attention, on ne parle pas d'un sauna lubrique, mais d'un véritable club de gym qui propose des sessions de gym naturiste à ses adhérents. La salle est connue pour les stars qui la fréquentent. Parmi ses adhérentes, on compte notamment Rihanna, Naomi Campbell et Linda Evangelista.

Depuis le 5 janvier, le club propose trois sessions de gym naturiste par semaine, une mixte, une réservée aux hommes et une réservée aux femmes. Dans son communiqué de presse, l'entreprise explique qu'il s'agit d'un "entraînement complet qui utilise le poids du corps comme résistance pour travailler fessier, abdos, cuisses et tout le toutim. Pour que vous vous sentiez bien et beau dans votre plus simple appareil".

Harry Hanson, fondateur de Hanson Fitness, explique dans un communiqué de presse que cette approche "permet de s'assurer que les abonnés restent au meilleur de leur forme. Ces sessions nues ne font pas exception. Ce nouveau programme apporte son lot de bénéfices en matière de forme et de santé, tout en offrant un peu de fun".

D'après Harry Hanson, l'exercice physique nu est idéal, car il permet de maintenir le corps à bonne température sans être gêné par les vêtements. À ceux qui voudraient s'essayer à ce nouveau type d'entraînement mais ont peur de se mettre tout nu, le club laisse la possibilité de venir en sous-vêtements couleur chair. Mais bon, quitte à y aller, autant y aller pour de bon.

La gym naturiste est une tendance qui monte, et pas qu'à New York. Pour preuve, un club de gym où l'on peut s'entraîner dans le plus simple appareil a ouvert ses portes à Paris et le "yoga nu" (ou naked yoga en VO) s'est installé durablement dans le paysage des pratiques sportives. 

© NeelShakilov/Pixabay

À lire -> Le yoga nu sur Instagram : tendance libératrice ou génératrice de complexes ?