En Russie, des milliers de chiens des rues tués avant la Coupe du monde

La Coupe du monde, son spectacle et ses chiens massacrés.

(© Lauren Kay/Unsplash)

Ces dernières années, la Fifa a fait l’objet de nombreuses critiques, non seulement pour la corruption qui y règne mais aussi pour ne pas s’être pliée à des lois nationales. On pense à la Coupe du monde au Brésil, où l'organisation avait autorisé la vente de bières Budweiser en dépit d’une nouvelle réglementation mise en place par le pays.

Un tel évènement a généralement un impact économique et environnemental négatif sur les pays hôtes. Dans le cas de la Coupe du monde de football qui aura lieu en Russie cette année, on parle d’un autre type d’impact : des piles de cadavres de chiens errants. Comme l’a révélé Vladimir Burmatov, responsable du Comité de protection de l'environnement de la Chambre basse russe, interviewé par Parlamentskaya Gazeta :

"Nous avons reçu de nombreux appels de défenseurs des animaux et de citoyens concernés nous prévenant que des massacres et des euthanasies massives d’animaux errants ont lieu dans un grand nombre de municipalités qui accueilleront la Coupe du monde."

Ce sont onze villes en tout qui accueilleront cet été cette grand-messe du football mondial : Kaliningrad, Moscou, Saint-Pétersbourg et Sotchi, où s’étaient déjà déroulés les Jeux olympiques d’hiver 2014. Il faut dire que ces villes sont assaillies de chiens errants, à tel point qu’on peut en voir certains prendre le métro.

Rien qu’à Moscou, on estime qu’il y a 35 000 chiens errants. D’après un bénévole dans un refuge d’animaux local interviewé par PawCulture, "le problème de la population croissante de chiens errants remonte à l’URSS alors qu’il était normal de laisser un chien non désiré dans la rue".

"Personne n’a jamais contrôlé le procédé, personne n’a jamais voulu entendre parler de traitement décent des animaux errants et personne n’a voulu leur offrir des conditions de vie décentes", continue-t-il.

La situation n’a fait qu’empirer avec les années. La ville ne s’est toujours dotée d’aucune loi pour protéger les animaux, ce qui fait que certains maîtres peu scrupuleux continuent d’abandonner ou de maltraiter leur animal de compagnie, sans conséquences.

Avec la Coupe du monde qui approche, et avec elle la promesse d’un afflux de touristes et de journalistes, la Russie veut donc nettoyer ses rues, et plutôt que de traiter le problème à la racine, elle a décidé de dépenser plus de 1,5 million d’euros afin de déployer ce que ses opposants ont nommé des "escadrons de la mort du KGB" partout dans le pays.

Une pétition sur Change.org, appelant à la fin du massacre des animaux des rues en Russie, a d’ores et déjà réuni 73 000 signatures. Le gouvernement russe a déclaré avoir demandé l’installation de refuges temporaires pour les animaux capturés près des infrastructures de la Coupe du monde. Sur place, les activistes affirment que cette somme aurait en réalité été allouée à des "escadrons de la mort".