Ces sports nés d'un pari dans un bar

Ils sont nés au fond d'une pinte, résultent d'un pari ou d'un débat alcoolisé. Eux, ce sont ces sports chelous qui n'auraient jamais pu voir le jour autrement

  • Le Toe wrestling

Comme son nom l'indique, le Toe wrestling - littéralement “lutte d’orteil” - est un bras de fer avec les pieds. Un pied de fer, donc. Et son histoire remonte bien plus loin qu'une simple fin de soirée dans un débit de boissons. Nous sommes en 1974 à Wetton, petit village anglais perdu dans le nord du Staffordshire. Accoudés au zinc du Olde Royal Oak pub, quatre amis dissertent sur l’incapacité britannique à fabriquer des champions du monde toutes disciplines confondues. Quelques pintes plus loin, la solution devient évidente : le meilleur moyen d’y parvenir, c’est d’inventer son propre sport. Après avoir déssoûlé, Pete Cheetham, Eddie Stansfield, Pete Dean et Mick Dawson sont toujours convaincus par leur riche idée et, après une petite recherche, tombent sur un document relatant l’organisation de joutes avec les orteils dans l’Angleterre du moyen-âge. L’illumination.

La bande fait des essais, se marre, peaufine son concept. Mick appelle son beau père, journaliste au quotidien local, pour qu'il publie un article sur cette information capitale et organise le premier championnat du monde dans la foulée. Qu’il remporte, bien entendu, avant de faire le back to back l’année suivante. En 1976, un Canadien de passage dans la région s’inscrit et remporte le petit trophée en terre cuite faisant office de Coupe du Monde. La désillusion pour les quatre compères, qui décident de jeter l’éponge. Il faudra attendre 1994 pour qu’un autre pub de la région reprenne le concept, et consacre un nouveau champion du monde : Alan “Nasty” Nash, sujet de sa majesté résidant à Stoke. Depuis, du haut de ses 58 printemps, le grand chauve cumule quatorze couronnes mondiales, dont les six dernières d’affilée, et hurle au Derby Telegraph que “C’est {sa} vie ! J'aime ça ! Je ne sers tellement à rien dans tous les autres sports, que je suis très heureux d’avoir trouvé celui-là. Et puis j’ai pu parcourir le monde grâce à lui !”. Et fait quelques plateaux télé aussi…

THE TONIGHT SHOW WITH JAY LENO -- Episode 1277 -- Pictured: (l-r) Host Jay Leno, announcer Edd Hall, actor Pierce Brosnan, and toe wrestler Alan Nash on December 4, 1997 -- (Photo by: Margaret Norton/NBC/NBCU Photo Bank via Getty Images)

  • Le Man Vs Horse Marathon

1980, dans le petit village gallois de Llanwrtyd Wells. Gordon Green, gérant du Neuadd Arms Hotel, arbitre une discussion entre deux habitués de son bar. Le thème ? Sur une longue distance, avec un terrain relativement accidenté, l’homme vaut n’importe quel cheval. Pragmatique, Gordon propose de départager tout le monde. Il invite quelques amis, convoque des cavaliers, et met en place le premier Man versus Horse Marathon. 35 kilomètres à travers la campagne galloise, avec montées, descentes, franchissements de haies et de cours d’eau, que Glyn Jones et son fidèle destrier Solomon bouclent en une heure et vingt-sept minutes. Soit quarante-trois de moins que Dick Evans, premier runner à finir le parcours. Trente-huit ans plus tard, la course rassemble une soixantaine de canassons, presque le double de runners, et l’homme n’a vaincu la bête qu’à deux reprises. D’abord en 2004, quand Huw Lobb (2h’05m’19s) met deux minutes à Kay Bee Jay (2h’07m’36s). Puis en 2007, lorsque l’Allemand Florian Holzinger (2h’20m’30s) pulvérise Lucy (2h’31m’26s) avec plus de onze minutes d’avance. Le tout devant une bonne centaine de spectateurs. Quand même.

  • Le Bog snorkelling

Puisqu'on y est bien, restons au comptoir du Neuadd Arms Hotel, chez ce visionnaire de Gordon Green. Car en 1976, quatre ans avant le Man versus Horse Marathon, l’aubergiste gallois et ses piliers de pub avaient eu une autre idée lumineuse : le Bog snorkelling, sympathique compétition de natation dans un marécage. Les règles sont simples : un masque, un tuba, des palmes et un aller-retour à effectuer le plus rapidement possible dans un couloir d'eau boueuse long de 55 mètres. Avec un record du monde détenu par une femme depuis 2014, Kirsty Johnson, qui a expédié l'affaire en 1m’22,56s. Détail important : depuis 1997, il est également possible de parcourir la distance immergé sur un VTT. On parle alors de Mountain Bike Bog Snorkelling. Une catégorie à part, évidemment.

  • Le Hockern

Début des années 2000. Une bande de skateurs se met bien dans un bar de Kiel, au nord de l’Allemagne. La légende raconte que, sous le poids de la cuite, l’un d’eux a failli tomber de son tabouret avant de se rattraper d’une pirouette magistrale. Hilares, ses potes l'imitent, multiplient les tricks, et tout le monde passe une bonne soirée. Et puis une autre. Et puis encore une autre. C’est ainsi que Michael et Stephan Landschütz, deux frères fondus de skate et, accessoirement, étudiants en design, découvrent cette folie, prennent le train en marche et décident de professionnaliser la chose. Ils dessinent le premier prototype, fondent leur boîte, et commercialisent le tout premier Sporthocking - qui ressemble quand même étrangement à un djembé. Mélange de skate et de breakdance avec un soupçon de jonglerie, le Hockern ne comporte qu’une seule règle : terminer son run en s’asseyant. Et qu’un seul champion aussi : Stephan Landschütz, champion du monde et “King of Hock” depuis 2007. Habile. Ce que la légende de Kiel ne dit pas, en revanche, c’est l’identité du premier à avoir posé sa pinte en balançant : “je parie que je peux rentrer un kickflip avec mon tabouret !”