Éliminé d'un grand tournoi, un golfeur se fait démolir par sa femme

D'ordinaire, lorsqu'un sportif gagne, il remercie sa famille. Sa femme, ses enfants. Et lorsqu'il perd, il se réfugie dans leurs bras réconfortants. Lucas Glover n'a pas cette chance là.

"Elle se fâche lorsque je joue mal". Cette punchline, Lucas Glover, golfeur pro de 38 ans, l'a sortie face à la police floridienne venue coffrer sa femme. Rien que ça. Pour bien saisir la folie de cette scène, il convient de rembobiner la bande.

Le week-end dernier, le gratin du golf mondial s'était donné rendez-vous en Floride, sur le green de Ponte Vera Beach, pour disputer le Players Championship, ce tournoi annuel affilié au PGA Tour qui réunit les meilleurs golfeurs de la planète. Même s'il est actuellement classé 104ème mondial, Lucas Glover, ancien vainqueur de l'US Open en 2009, en fait partie. Après un début de tournoi moyen, Glover connait un samedi catastrophique qui l'empêche de disputer la grande finale du dimanche. Fraîchement éliminé, il rentre la tête basse dans la maison louée pour l'occasion où l'attendent sa mère, ses deux enfants, et surtout sa femme, Krista Glover, 36 ans.

La suite, c'est la police de Ponte Vedra qui la raconte : "Lucas Glover a expliqué que lorsqu'il joue mal, Krista s'emporte systématiquement et lui hurle dessus pour lui dire à quel point c'est un loser et une tapette. Elle a ensuite continué en criant qu'il ferait mieux de virer tout le monde autour de lui, de se remettre la tête à l'endroit et de mieux jouer s'il ne voulait pas qu'elle le quitte en emportant les enfants qu'il ne verra plus jamais..." Ambiance. La belle mère tente de s'interposer et là, c'est le drame. Krista la repousse d'un violent coup de poing dans la poitrine et se jette sur son mari sous les yeux des enfants.

"C'est pour ça que les flics prennent des balles dans la tête !"

Prévenue par les voisins, la police arrive sur les lieux et constate de multiples griffures sur Lucas et sa mère, attestant du caractère physique de l'altercation. Le golfeur a bien tenté de convaincre la police de ne pas arrêter sa femme, mais les blessures étant trop visibles, la procédure exige une garde à vue. À la vue des menottes, Krista vrille complètement et agresse l'un des agents présents sur les lieux, puis tente d'étrangler celui chargé de la conduire dans le véhicule de police tout en mettant de grands coups de latte dans la portière. Le tout en beuglant : "Attendez que le PGA Tour entende parler de cette histoire ! Vous allez tous perdre votre job ! C'est pour ça que les flics prennent des balles dans la tête ! Attendez que je parle au juge, vous allez tous recevoir une putain de lettre de licenciement !"

Écroué dans la soirée à la prison du comté de Saint John, elle est ressortie le lendemain après que son mari ait payé la caution fixée à 2 500 dollars, mais devra répondre des charges d'outrage et rébellion contre les forces de l'ordre ultérieurement. De son côté, Lucas s'est simplement fendu d'un tweet aussi rassurant que des résultats d'analyses médicales : "Krista a été inculpée, c'est regrettable mais nous avons confiance en notre système judiciaire, qui devrait être en mesure de statuer sur ce qu'il s'est vraiment passé et ainsi innocenter Krista dans cette affaire privée. Nous vous remercions de bien vouloir respecter notre intimité pour que l'on puisse se sortir de cette situation".

Et le PGA Tour de renchérir via le site golf.com : "Nous sommes au courant de la situation et Lucas nous a informé de sa déclaration qui, depuis, a été postée sur son compte Twitter. Bien entendu, nous sommes là pour soutenir Lucas et sa famille s'ils en éprouvent le besoin". En leur rappelant la maxime de Pierre de Coubertin, par exemple.