Environ 200 athlètes ont demandé l'asile en Australie après les Jeux du Commonwealth

Les jeux du Commonwealth qui se tenaient en Australie, à Gold Coast, du 4 au 15 avril dernier, ont engendré près de 200 demandes d'asile formulées par des athlètes désireux de rester au pays des kangourous.

Si l'Australie jouit d'une réputation de terre d'accueil plutôt fertile à travers le monde, le Ministère de l'Intérieur australien avait mis en garde les athlètes engagés aux jeux du Commonwealth contre tout dépassement de visa.

De peur que l''histoire ne se répète après l'édition 2006 de Melbourne où 45 athlètes avaient demandé le statut de réfugié, mais surtout après les JO de Sydney en 2000 qui avait vu 145 sportifs s'évaporer dans le bush australien, le gouvernement australien avait durci le ton. En vain.

205 visas et cinquante fuyards

Un haut fonctionnaire du Ministère de l'Intérieur australien, cité par l'AFP, a annoncé que 205 athlètes ou membres des staffs techniques "sont actuellement légalement dans le pays parce qu'ils ont demandé un certain type de visa, dont 190 ont demandé un visa de protection". Tous ont obtenu des visas d'attente, mais le Ministère de l'Intérieur précise être sans nouvelle de cinquante autres athlètes dont les visas ont déjà expiré.

Certains ayant même disparu pendant la compétition. La semaine passée, une ONG a expliqué avoir été sollicitée par certains fuyards concernant des conseils sur les demandes d'asile. Désormais, ce sont des conseils en camouflage et en survie dont ils ont besoin. Et pour ça, mieux vaut s'adresser aux aborigènes.