Le sport chelou du vendredi : le wife carrying

Veille de week-end, envie de prendre l'air sans trop savoir quoi faire : chaque vendredi, MOVE IT MOVE IT te propose un sport que tu n'as pas encore essayé.

Connaissiez-vous la légende d'Herkko Rosvo-Ronkainen ? Non ? Et bien nous non plus. Pourtant, elle a accouché d'un sport, le wife carrying, ou "porter de femme" en VF. Explications. Herkko Rosvo-Ronkainen était le chef d'une bande de voleurs qui sévissait dans une forêt finlandaise vers la fin du XIXème siècle. D'après la tradition orale finlandaise, Herkko et ses sbires écumaient les villages alentour pour voler leur nourriture et surtout leurs femmes, qu'ils portaient sur leur dos pour les ramener au camp et les épouser dans le plus grand des calmes. Toujours selon la tradition orale finlandaise, Herkko n'acceptait dans sa bande que ceux qui avaient prouvé leur valeur sur un parcours du combattant.

L'un dans l'autre, l'histoire est restée ancrée dans la mémoire collective du pays, jusqu'à en devenir un sport "officiel" en 1992, date du premier tournoi d'eukonkanto (le terme exact en Finnois, ndlr) organisé au pays du Père Noël. Entre Finnois d'abord, puisque la compétition ne s'est ouverte aux étrangers qu'en 1995. Et depuis 1996, un grand rassemblement faisant office de championnat du monde se tient chaque année à Sonkajärvi, petite bourgade de 4 000 habitants posée en Savonie du Nord, une région située à l'est de la Finlande.

Comme son nom l'indique, le wife carrying consiste à porter une femme sur un parcours semé d'embuches. À l'origine, la course se déroulait sur un terrain rocailleux avec un fort dénivelé, des clôtures et des ruisseaux à franchir pour reproduire les conditions rencontrées par les hommes d'Herkko pendant leur fuite. Mais aujourd'hui, les pentes se sont aplanies, le sable a remplacé les cailloux, des rondins de bois sont placés en guise d'obstacle et des piscines boueuses font office de cours d'eau. Et si beaucoup considèrent ce sport comme une vaste blague machiste, le règlement fixé par l'International Wife Carrying Competition Rules Committee, lui, est on ne peut plus sérieux.

  • Le parcours doit mesurer 253,5 mètres de long.
  • Le parcours doit comporter deux obstacles "secs" et un obstacle d'eau profond d'environ un mètre.
  • La femme portée peut-être la votre, ou celle du voisin, ou celle que vous venez de rencontrer dans la rue. Peu importe tant qu'elle a plus de 17 ans.
  • Le poids minimum de la femme portée est de 49 kilos. Si elle pèse moins, elle devra être lestée avec un sac comme dans Koh-Lanta.
  • Tous les participants doivent s'amuser.
  • Le seul équipement autorisé se résume à une ceinture lombaire pour monsieur et un casque pour madame.
  • Les participants font la course contre une autre équipe.
  • Comme il n'y a qu'une seule catégorie en championnats du monde, le couple gagnant est celui qui mis le moins de temps possible pour finir le parcours.
  • Cependant, des prix comme celui du couple le plus fun, du porteur le plus costaud, ou du meilleur costume, sont distribués à l'issue de la compétition.

Même si des championnats nationaux existent aux USA, Royaume-Uni, en Australie et en Malaisie, un rapide coup d'oeil sur le palmarès des mondiaux suffit pour comprendre que la discipline est restée cantonnée aux pays nordiques. Depuis 1996, Finlandais et Estoniens se partagent la quasi totalité des titres, à deux exceptions près. La première en 2016, lorsque Dimitriy Sagal et Anastasia Loginova ont porté haut les couleurs de la Russie. La seconde cette année, puisque un Zimbabwéen et une Suédoise se sont adjugés la couronne 2018, portant au passage le record du monde à 55 secondes et 10 centièmes. De mémoire de femmes comme de porteurs, aucun couple français n'a encore tenté sa chance aux championnats du monde. Regrettable pour un pays qui se targue d'avoir inventé la galanterie, non ? Alors, si vous vous sentez une âme de pionnier mais hésitez encore à vous lancer dans cette folie avec une pote ou, plus ambitieux, votre moitié, sachez juste que le grand vainqueur remporte le poids de sa femme en bière. Oui, parfaitement.