Éliminée au premier tour de Roland Garros, Johanna Konta se lâche en conférence de presse

Sortie d'entrée par Yulia Putintseva (93ème joueuse mondiale), la Britannique, Johanna Konta (22ème joueuse mondiale), s'est planquée derrière l'insistance de certains journalistes pour expliquer son quatrième revers consécutif au premier tour de Roland Garros.

6-4, 6-3. Clair, net et précis. La défaite de Johanna Konta dimanche lors du premier tour des Internationaux de France ne souffre d'aucune contestation.

Pourtant, la 22ème joueuse mondiale s'est sentie acculée en fond de cours lors de la conférence de presse et a sorti les griffes pour répondre à une question d'un journaliste anglais sur la pression extérieure qui pèse sur ses épaules.

"Vous ne me rendez pas la tâche facile. Vous réagiriez comment, vous, si à votre boulot on n'arrêtait pas de vous rappeler que vous écrivez de la merde à chaque Roland-Garros ? Est-ce que vous ne ressentiriez pas une sorte d'insistance et l'envie de vous dire : 'je veux prouver à ces connards qu'ils ont tort'?"

Elle qui n'a plus gagné trois matchs consécutifs sur le circuit WTA depuis sa demi-finale à Wimbledon en 2017 en a gros sur la patate, et s'est fendu d'un dernier tweet avant de quitter définitivement la porte d'Auteuil : "La joie réside dans le combat, dans la tentative, dans la souffrance qui en découle, pas dans la victoire en elle-même". Une citation de Gandhi sur laquelle elle ferait bien de méditer pour l'année prochaine, en se disant que, peut-être, la joie est encore plus intense lorsque le combat, la tentative et la souffrance qui en découle amènent à la victoire.