Marco Cecchinato, celui que Roland-Garros n'attendait pas

C'est la sensation de cette deuxième semaine : Marco Cecchinato, Palermitain de 25 ans classé 72ème à l'ATP, hier suspendu pour match truqué, aujourd'hui demi-finaliste surprise de Roland-Garros.

Le dernier Italien à avoir vu une demi-finale de Grand Chelem, c'était Corrado Barazzutti en 1978 à l'US Open et, déjà, à Roland-Garros. Et le dernier joueur aussi mal classé à se hisser à ce stade de la compétition depuis Andreï Medvedev en 1999 (100ème à l'ATP cette année-là). Statistique encore plus frappante : jusqu'ici, Marco Cecchinato n'avait pas encore gagné le moindre match en Grand Chelem. Juste improbable. Ce qui donne une idée de l'exploit accompli par le Palermitain mardi soir, face à un Djokovic en retour de forme, et surtout de la folie qui s'est emparée d'une partie de la capitale sicilienne.

D'une partie seulement, car, comme souvent en Italie, le foot est roi sur l'île. D'ailleurs, aujourd'hui, les esprits sont plutôt tournés vers le club de Palerme et les demi-finales des playoffs de Serie B qui commencent ce mercredi soir, qu'en direction de l'aventure parisienne de Marco. Lui-même avoue par exemple être fan de Kaká et pose parfois avec des grands noms du ballon rond.

Il capitano.. Grande uomo e grande giocatore.. Rimarrà sempre una leggenda!!

Une publication partagée par Marco Cecchinato (@ceck1) le

Il n'empêche qu'autour de son premier terrain d'entraînement, le Tennis Club 2, le nombre de curieux, "les fans de la première heure" et "les membres de la famille" grandissent de jour en jour. Preuve du caractère inespéré et soudain de la performance. Car c'est peu dire qu'il revient de loin et que personne ne croyait en lui il y a quelques jours de cela. Entre sa suspension pour match truqué en 2016 - finalement annulée pour vice de procédure - et un jeu encore clairement perfectible avec notamment un revers jusque-là assez faiblard, la sensation est d'autant plus intense. Face à Goffin en huitièmes et Djokovic en quarts, Cecchinato a bluffé son monde en enchaînant les prises de risque, les retournements de situation, les coups de maître, mais aussi les revers éclair. Preuve de l'état de grâce qui s'est emparé de lui sur ce tournoi.

Avant d'affronter Dominic Thiem vendredi en demi-finale, le natif de Palerme, parti s'entraîner à l'adolescence dans le nord-est de l'Italie, a assurément déjà gagné une certaine reconnaissance de l'intégralité de la Botte. Et également quelques places au classement ATP, puisqu'il est désormais assuré de faire partie du top 30 à la fin du tournoi.