Pour célébrer le droit de conduire obtenu par ses compatriotes, une pilote saoudienne a fait un tour en F1

Puisqu'aucun pilote français n'a fait illusion ce week-end, c'est l'image forte à retenir du Grand-Prix de France : Aseel Al-Hamad, pilote saoudienne, a conduit une Formule 1 pour fêter le droit de conduire obtenu par ses compatriotes.

Ce n'était qu'un tour de piste. Mais un tour de piste ô combien symbolique, puisqu'en ce 24 juin 2018, les Saoudiennes obtenaient également le droit de conduire. Et puis, au fond, c'est toujours un tour de piste de plus qu'Esteban Ocon et Pierre Gasly ce week-end...

Plaisanterie mise à part, après avoir chauffé la gomme de sa E20 2012 Renault Sport Formula One Team - l'ancienne monoplace de Kimi Räikkönen lors de son passage chez Lotus - Aseel Al-Hamad a déclaré tout sourire au site de Forbes : "Je suis honorée de pouvoir conduire, grâce à Renault, une Formule 1 en ce jour très spécial pour moi car les femmes de mon pays, l’Arabie Saoudite, obtiennent aujourd’hui l’autorisation de conduire."

Passion d'enfance

Chef d'entreprise et membre de la fédération saoudienne de sport automobile, Aseel Al-Hamad milite, à son échelle, pour la promotion du sport automobile féminin. Elle travaille notamment pour Rose Auto Magazine, le premier média automobile destiné à ces dames au Moyen-Orient. 

Passionnée par le sport automobile dès son plus jeune âge, elle s'est achetée "la voiture de ses rêves" dès la levée de l'interdiction (de conduire pour les femmes) prononcée en septembre dernier. Et hier, Aseel Al-Hamad a posté une vidéo d'elle conduisant au pays, au volant d'une Jaguar. Parce que non, Aseel Al-Hamad n'a plus de temps à perdre.