Vidéo : Quand un match de basket entre l'Australie et les Philippines part en bagarre générale

Des droites, des gauches, des marrons, des châtaignes, des chaises qui volent, treize expulsions et une victoire par forfait de l'Australie : l'hommage à Ron Artest et au fameux "Malice at the palace" est réussi. "Let's get ready to rumble !"

C'était un match de qualification pour la Coupe du monde de basket FIBA, et l'Australie roulait sur les Philippines avec 31 points d'avance en milieu de troisième quart-temps. Le sort du match était donc déjà scellé quand un joueur philippin prend la position préférentielle dans la raquette australienne en bougeant son vis-à-vis un peu trop violemment. Le pivot australien défend son pote en collant une mandale au contrevenant, la situation dégénère et, en une fraction de seconde, une énorme baston éclate entre les deux équipes.

Dans la mêlée, un joueur NBA se fait particulièrement remarquer : Thon Maker, intérieur australien des Bucks de Milwaukee, qui tente de mettre des chassés sur tout ce qui bouge et s'offre même un saute-mouton sur Andray Blatche, ancien joueur NBA américain naturalisé philippin depuis 2014. Tout deux font partie des treize expulsés suite à cette bagarre, qui laisse les Philippins avec seulement trois joueurs pour finir la partie. Un match que l'Australie gagnera finalement par forfait quelques minutes plus tard (89-53), après que deux des trois Philippins restants se soient fait sortir pour cinq fautes.

Si la FIBA a ouvert une enquête qui devrait déboucher sur de très lourdes sanctions disciplinaires, il est d'ores et déjà évident que la grosse balle orange n'avait pas vu pareil boxon depuis l'incroyable bagarre générale entre Pistons et Pacers qui avait marqué la saison NBA 2004/05. 

Acteur principal de cette baston, Ron Artest - rebaptisé "Metta World Peace" depuis - s'était vu infliger 86 matchs de suspension par la NBA (73 de saison régulière + 13 de playoffs). Conscients d'avoir réussi l'hommage parfait à ce moment d'histoire du basket ricain, des joueurs Philippins ont même pris un selfie alors que certains de leurs coéquipiers étaient toujours en train d'échanger quelques douceurs avec les Australiens... Du très, très grand n'importe quoi.