À 96 ans, cette Canadienne a décidé de se mettre à la musculation

Il n'y a pas d'âge pour s'entretenir, c'est la morale de cette histoire. Winnie Clements, Canadienne de 96 ans et habitant à Winnipeg, s'est inscrite à une salle de musculation. Elle s'y rend désormais deux fois par semaine.

À l'origine, elle voulait simplement accompagner Patricia, sa fille de 74 ans. Aujourd'hui, elle est inscrite à la salle de musculation, le Valentine's de Winnipeg, et vient deux fois par semaine. "Elle", c'est Winnie Clements, 96 printemps au compteur. Passée la surprise, le propriétaire de l'établissement est juste fier de compter la mère et la fille parmi ses membres.

Au micro de la CBC, le culturiste et coach particulier des deux séniors, Valentine Payne : "Je ne pourrais pas demander mieux. Même si j'ai entraîné des champions, ce sont elles les véritables championnes. Et puis j'ai été épaté par la force de Winnie Clements. Notamment parce qu'elle n'avait jamais soulevé d'haltères de toute sa vie."

Passion poulet

Au programme pour la nonagénaire, qui se déplace majoritairement en fauteuil roulant : renforcement des abdominaux et des jambes. Et c'est justement pour faciliter le quotidien sa fille qui s'occupe d'elle et avec qui elle vit, qu'elle a décidé de se mettre à la musculation : "Ça me donne de la force. Aujourd'hui, il m'est plus facile de marcher", explique-t-elle.

Mieux, Winnie retrouve aujourd'hui le sommeil et l'appétit : "Je mange mieux et j'aime le poulet" lance-t-elle, sans aucune raison apparente, à la journaliste de CBC. Autrement dit, sa décision n'est pas non plus tout à fait innocente. Elle sait qu'elle pourra, sans culpabiliser, avaler plus d'ailes, cuisses ou autres blancs de poulet. Mais rien de mal à ça : on a tous, qu'importe l'âge, besoin d'une carotte.