La flamme olympique des JO de Tokyo partira de Fukushima

Dévastée par un tsunami doublé d'une catastrophe nucléaire, la ville de Fukushima lancera le relais de la flamme olympique des JO de Tokyo.

Éteinte le 25 mars dernier après les JO d'hiver de PyeongChang, la flamme olympique brulera à nouveau le 26 mars 2020 dans une cité qui, elle, s'est éteinte le 11 mars 2011 : Fukushima. Le comité olympique japonais vient d'annoncer son choix de lancer le relai olympique dans cette ville ô combien symbolique pour le gouvernement nippon, comme le souligne le ministre de la Reconstruction, Masayoshi Yoshino : "En faisant partir la flamme olympique de Fukushima, nous marquons notre volonté que ces Jeux soient ceux de la résilience et de la guérison. Nous souhaitons que des survivants de la catastrophe fassent partie des relayeurs olympiques, afin d'apporter du soutien à toutes les personnes dans ces zones dévastées".

Depuis le tsunami d'une magnitude de 9,1 qui avait engendré un tsunami dans l'océan Pacifique et ravagé la centrale nucléaire qu'elle abritait, Fukushima peine à se relever et les zones proches du réacteur demeurent hautement radioactives. "Cela fait vraiment sens de faire passer cette flamme, symbole de la reconstruction, à travers le pays, à commencer par Fukushima", s'est félicitée Yuriko Koike, la gouverneure de Tokyo, où la flamme olympique embrasera la vasque le 24 juillet 2020 pour lancer les prochains JO. Entre temps, elle aura traversé les 47 préfectures que compte l'archipel, dont celle de l'île d'Okinawa où était partie la torche olympique lors des précédents JO de Tokyo en 1964.