Comme Kelly Slater, la France va lancer sa vague artificielle dans les Landes

En mai dernier, à Lemoore, Kelly Slater lançait la première compétition officielle sur sa vague artificielle. La France va le copier dans les Landes et ouvrir d'ici 2020 le "Clairefontaine" du surf.

Le projet s'appelle Wavelandes (vous l'aurez compris, un mélange entre "vague" en anglais et "Landes") et il devrait voir le jour en 2020. C'est en tout cas l'annonce qui a été faite aujourd'hui dans la salle des fêtes de Castets, dans le Sud-Ouest, en présence de la Fédération Française de Surf.

© Wavelandes

Le projet, le voilà en chiffres : une surface totale de 9 hectares, une vague toutes les 4 secondes, 900 par heures et jusqu'à 90 personnes pourront surfer en même temps. Hauteur maximale des vagues : 1m80. Début des travaux prévus pour janvier 2019. Ouverture du bassin pour l'entrainement de l'équipe de France de surf : printemps 2020, soit peu avant les JO de Tokyo. Et enfin, ouverture au public prévue pour 2021, sur une durée annuelle de 8 mois.

Le Clairefontaine du surf

Car cet outil, même s'il deviendra public, tiendra d'abord un rôle professionnel. Il servira de base d'entrainement pour les surfeurs français. Les avantages ? Plus de problème de créneau horaire et de dépendance au rythme des marées pour les surfeurs. Les vagues seront toujours au rendez-vous. Pauline Ado, championne du monde l'année dernière, lui trouve également d'autres mérites :

"Sur ce type de vague, on peut avoir un retour direct de notre coach après chaque vague. Ce qui n'est pas vraiment le cas en milieu naturel. Même si l'entraînement en mer restera très important, c'est un excellent complément."

En d'autres mots, le surf français cherche à se professionnaliser, encore un peu plus, avec l'arrivée des JO. Et nul doute que ce Clairefontaine du surf sera là pour les aider à chercher des médailles.