Avtandil Khurtsidze, l'homme de poing

Arrêté pour ses liaisons avec un groupe criminel sévissant aux États-Unis, le boxeur Géorgien a été reconnu coupable d'escroquerie et de racket. Il va passer une décennie en prison.

Aujourd'hui, difficile de parler d'Avtandil Khurtsidze sans évoquer la Shulaya Enterprise, la mafia de Razhden Shulaya, aux accents d'ex-URSS et d'Europe de l'Est. Pourtant, avant de grimper les échelons de la voyoucratie et de devenir l'homme de main du patron, le Géorgien a longtemps été un boxeur prometteur. Et puis même un champion, tiens.
 

Élue meilleure photo de profil Wikipédia de tous les temps.

 
Surnommé le "mini Mike Tyson" pour sa petite taille et son agressivité, il a débuté sa carrière professionnelle en 2002, dans son pays natal, par un premier KO contre son compatriote, George Kanchaveli. Ensuite, il monte petit à petit, et enchaîne les victoires. Neuf victoires exactement, avant de tomber pour la première fois face à Tony Marshall (USA) à l'été 2005.

Côté obscur

Son bilan, à l'heure d'affronter la justice américaine et certainement de mettre un terme à sa carrière sportive, est celui d'un très bon boxeur : 33 victoires dont 22 par KO, 2 défaites, 2 nuls. Pour son dernier combat professionnel en 2017, une démonstration contre le britannique Tommy Langford, il est allé chercher la ceinture de champion du monde WBO (par intérim, la ceinture était vacante) des poids moyens. 
 
 
Et justement : cette carrière, plus qu'honnête en terme de palmarès, suscite l'incompréhension chez ses proches. Pourquoi tout gâcher ? La boxe état-elle une couverture pour lui ? Pourquoi s'est-il rapproché de la Shulaya Enterprise ? Au micro d'ESPN, son ancien promoteur soupire, dépité : "Il a laissé tomber beaucoup de gens qui croyaient en lui (...) C'est juste un énorme gâchis, il a choisi le côté obscur et il ne peut s'en prendre qu'à lui-même."

Pris en flagrant délit

Difficile de savoir quand il s'est mis en affaire avec la mafia soviétique, installée à New-York depuis un bon bout de temps. Mais depuis son arrestation à l'été 2017 (en même temps que 33 autres personnes, dont Razhden Shulaya), on en sait plus sur la nature et les zones d'influence de la Shulaya Enterprise. En résumé, parmi les activités de l'organisation, la justice américaine a cité : prostitution, pari et jeu illégal, escroquerie et même enlèvement d'un ingénieur en 2014 pour pirater des machines à sous de Las Vegas.
 
La Shulaya Enterprise sévissait dans le New Jersey, la Pennsylvanie, la Floride, le Nevada et également dans certains pays étrangers. Par deux fois, Avtandil Khurtsidze a été filmé en train de participer à des coups avec d'autres membres de sa mafia. Difficile dans ces cas-là de plaider autre chose que coupable. Âgé aujourd'hui de 38 ans, le Géorgien ne devrait donc retrouver sa liberté qu'aux portes de la cinquantaine. Triste gâchis, effectivement.