Cinq bodybuilders Vegan à suivre sur insta

Quand on entend bodybuilding ou musculation, on pense souvent prise de masse, protéines, smoothies aux oeufs crus, et blancs de poulet.

Pourtant, il est totalement possible d’améliorer ses performances sportives tout en adoptant un régime entièrement végétalien. Si vous voulez vous remettre en forme, mais que la viande n'est pas votre dada, ne perdez pas espoir, c'est largement possible et ces 5 bodybuilders vegan vont vous le prouver :

Frank Medrano (@frank_medrano) : La machine 

Frank Medrano est une star du Street Workout (calisthenics), puisqu’il comptabilise plus d’un million d’abonnées sur son compte instragram. Le street workout consiste à se muscler grâce au poids du corps, avec très peu de matériel extérieur. Lorsque l’on regarde des vidéos de Frank Medrano en plein training, on pourrait croire qu’il est surhumain, que sa façon de se mouvoir dans l’espace est magique, et qu’il n’a pas besoin de faire le moindre effort pour effectuer un nombre incalculable de tractions. Le sportif rappelle pourtant sur son site qu’il est parti de rien, et que c’est le travail et la détermination qui lui ont permis d’arriver à un tel niveau.

Frank Medrano a commencé le street workout très simplement, en se musclant un peu pour perdre du poids, et la sensation que procuraient ces exercices lui ont plu :  “Ce sport m’a permis de prendre conscience de la véritable force, et de l’agilité de mon corps” explique le sportif sur son site.

Frank Medrano est devenu vegan lorsqu’il avait 30 ans, inspiré par ses deux amis bodybuilders : Dan Attanasio et Noel Polanco, tous deux vegan. Le bodybuilder explique que sa transition a été plus compliquée psychologiquement que physiquement “ma tête me disait qu’il me manquait quelque chose, alors que ce n’était pas le cas”.  Au contraire, après avoir commencé son régime végétalien, Frank réalise qu’il est plus fort qu’auparavant. Il décide alors de créer, en collaboration avec ses deux amis bodybuilders “vegan calisthen-X”, un site de partage d’information sur le régime végétalien lorsque l’on est sportif.

Le sportif prouve désormais par ses vidéos qu’il est tout à fait possible d’être vegan et d’avoir une force “surhumaine”. Il propose d’ailleurs des programme de musculation nommés “super-human program”.  Pour le sportif, accéder à une alimentation saine, et à un dépassement de soi physique, c’est une manière de mieux se connecter à soi, et de mieux se connaître. Faites le test, et envoyez-nous vos plus belles vidéos une fois que vous arrivez à maitriser le "drapeau" aussi bien que Frank Medrano.

 

Dominick Thomspon (@domzthompson) : De drug-dealer à bodybuilder vegan

Dominick Thompson est un sportif complet : il s’impose des training intensifs, incluant la natation, le vélo, le street work out, la boxe, et le crossfit. Bodybuilder, il est également coureur de marathons, de triathlons, et d’ultra trail comme l'Iron man. Le tout en étant vegan et activiste! A vingt ans pourtant, Dominick était membre d’un gang, impliqué dans des affaires de drogue, et faisait des allers-retours en prison. “Je portais des vêtements super chers, et je ne pensais qu’à moi même (...). Les changements sont possibles et réels, je le sais, puisque je l’ai fait.” explique le bodybuilder dans un de ses post facebook

L’athlète est également l'un des sportifs vegan les plus actifs de la planète en ce qui concerne la protection des animaux, et la lutte contre leur exploitation.

 

Samantha Shorkey (@samshorkey) : première femme vegan à gagner le concours bikini au naturel 

Voir cette publication sur Instagram

Today's Instagram post is called #DeepSausage #DeepThoughts (or #DeepinThought AND Sausage) 😐and is brought to you by my fave #vegansausage company of all time @gustafoods 🙊🙊🙊 Bet they're already regretting sending me some #wheatmeat #sausage samples to try 😏 But no, in all seriousness, I LOVE trying new #veganprotein options especially ones that are as #gourmet tasting and #highprotein as Gusta's 💪🏽😍🌱 At 22.5 grams of #plantbasedprotein per one #saucisse (#Gusta is a #montrealbased #vegancompany hence my French) you can fancy up any #veganBBQ this summer with their German, Italian, Mexican or Montreal #smokedsausage flavours! 👌🏽 I'm also loving this #veganmafia t-shirt they sent me 😊 You can find me and the Gusta crew at @vegexpo in Vancouver on May 28th if you wanna try them for yourself! It'll be the biggest & best #sausageparty you've ever been to and I'll be hosting it 🙊🙊🙊 Seriously though, get these #sausages into you ASAP 😂😂😂 Okay I gotta stop with the #sausagejokes before Gusta revokes my invite to tour the #sausagefactory 😆😆😆 Okay I'm really done now. But I'm serious They did say I could tour their factory and I'm gonna be filled to the brim with sausage! 😜 #JackedontheBeanstalk 💪🏽😬🌱Photo by @pacinamac 👊🏼

Une publication partagée par Samantha Shorkey (@samshorkey) le

Samantha Shorkey est une des rares femmes vegan bodybuildeuse. La musculation se présente tout d’abord à elle comme un exutoire. Alors qu’elle a la vingtaine elle est en relation à distance avec un homme toxique. Elle décide d’installer du matériel de musculation chez elle. A chaque fois que son conjoint l’appel, et la maltraite psychologiquement, elle se défoule en faisant du sport. Elle y prend de plus en plus de plaisir, finit par quitter cet homme, et s’inscrire en salle de gym.

Végétarienne depuis son adolescence, par sensibilité pour le bien être animal, Samantha Shorkey devient vegan en 2011 alors qu’elle pratique la musculation. En 2013, la sportive cherche désespérément des modèles de femmes bodybuildeuses vegan, mais n’en trouve pas. Elle décide alors de participer à une compétition de bodybuilding, qu’elle remporte. Un an plus tard elle s’inscrit de nouveau à une compétition, cette fois ci en bikini au naturel, elle gagne le concours. Elle est alors la première femme vegan à obtenir la victoire d’une telle compétition.  

En plus des compétitions de bodybuilding auxquelles elle participe, Samanta Shorkey est également coach en ligne, et bloggueuse. Elle a écrit un livre qui guide les sportifs vegan dans la préparation de leurs repas “Jacked on the Beanstalk: Plant Based Fuel for Vegan Athletes”, et anime un podcast du même nom.

Quand bien même vous ne souhaiteriez pas vous lancer dans les compétitions de bodybuilding, appliquer ses conseils vous permettra certainement de tirer le meilleur de votre régime vegan.

 

Patrik Baboumian (@patrikbaboumian) : Force de la nature 

Patrik Baboumian s’intéresse au bodybuilding à l’âge de 14 ans. Il lit beaucoup de magazines sur le sujets, et décide de commencer la pratique à 15 ans. Il enchaîne rapidement les compétitions, dont plusieurs victorieuses. En 2011, Patrik Baboumian est élu l’homme le plus fort d’Allemagne. En 2013 le sportif dépasse le record du monde de force en portant une charge de 550 kilos sur 10 mètres.

Très jeune, Patrik Baboumian est sensible au bien être animal, il devient végétarien alors qu'il a 27 ans. En 2011, l’année où il devient l’homme le plus fort d’Allemagne, Patrik Baboumian devient vegan. En novembre de la même année, il devient le nouveau visage de la campagne de l’association de défense des droits des animaux PETA.

La transition n’est pourtant pas évidente pour le sportif, puisque le végéta*isme est très peu populaire dans le milieu de la musculation.  “J’étais persuadé que l’entraînement aux poids et aux haltères ne pouvaient pas concorder avec ce mode d’alimentation. Mon choix était éthique. J’ai finalement réalisé que ma prise de masse était plus importante en étant vegan!” explique le bodybuilder dans une interview.

Patrik Baboumian a écrit un livre “Vegan ganz anders” (Vegan complètement différent), qui explique comment gagner de la masse musculaire en étant vegan. “Tous les livres vegan que je connaissais parlaient de minceur, hors beaucoup de sportifs, comme moi, souhaitent gagner en masse.”

Que votre objectif soit de vous délester de quelques kilos superflus, ou au contraire d'étoffer votre silhouette, ne pensez pas qu'il n'y ait qu'une seule et unique manière d'arriver à vos fins. Vegan, végétalien, amateur de viande ou même de junk food, adoptez une méthode qui vous permettra de vous entrainer sans vous imposer un nombre trop important de sacrifices, les résultats suivront.

 

Peu importent les règles, la raison ou le score, l’essentiel c’est de bouger.